ARTISANAT & TISSUS AFRICAINS #1:  L'ARTISANAT NIGÉRIEN - TOUAREG
Comment en êtes vous arrivé ici ?
Abouna : Les bijoux, c’est mon grand-père qui les faits, mon grand père est le chef de mon village. Il a créé cette coopérative pour aider le village. Ici au Niger, on a un problème de sécheresse. La terre n’est pas bonne à l’agriculture, et nous devions trouver autre chose pour nourrir la famille. Mon grand-père savait comment faire les bijoux traditionnels touaregs. Grâce à cette occasion, cette chance que mon grand père a eu, le savoir faire touareg, on a créé la Coopérative Alternative Tegazar. Dans mon village, dès qu’on a l’âge de 15 ans, on apprend à faire les bijoux. Aujourd’hui, c’est moi qui transmets le savoir-faire aux jeunes générations, pour que tout notre tradition ne soit pas perdue. C’est important, parce que c’est grâce à ces bijoux qu’on peut soutenir les écoles dans le désert. C’est grâce aussi à cette tradition que tout le village peut survivre.
Quels matériaux utilisez vous pour vos bijoux ?
Abouna : C’est toujours de l’argent, le plus possible de l’argent brut. On ajoute un peu de décorations sur les bijoux parfois, avec d’autres matériaux. Mais le plus gros matériau c’est l’argent. On achète généralement l’argent au Mali, et parfois au Nigéria. On ne peut pas en trouver au Niger, donc on va le chercher dans les pays voisins. Les fournisseurs sont des bons amis, ou des gens de la famille. On travaille ensemble depuis longtemps.
 
Quels symboles se cachent derrière vos bijoux ?
Abouna : Tout bijou traditionnel a son histoire. La croix d’Agadez, ça fait référence à la croix du Sud, cette constellation d’étoiles. Les touaregs ont la tradition de façonner les bijoux d’après les étoiles, qui guidaient leurs longues marches à travers le désert. A l’époque, mes aïeux prenaient la caravane de chameaux, et ils partaient d’Agadez à Bilma pour aller vendre le sel contre le mil. Nous n’avions pas de quoi cultiver la terre, puisque nos régions sont trop sèches. C’est pour cela que nous extrayons le sel, pour aller le vendre contre du mil pour manger. Certains se sont essayés à la culture ici, mais la sécheresse en décourage plus d’un. Mon grand père, pour parer à cette exploitation du sel, s’est lancé dans les bijoux. C’est pour sauver notre village de la sécheresse et de la famine qu’il a créé la Coopérative Artisanale Tegazar.
Les croix ont une signification traditionnelle chez les touaregs. La croix d’Agadez, c’est la croix la plus connue parmi les bijoux touaregs du Sahara. Parfois, ce ne sont pas vraiment des croix, ce sont plus des plaques ou des boucliers. Il y a en tout plus de 21 croix, correspondant à chaque village sur le chemin des Touaregs. Les quatre extrémités de la croix représentent les quatre directions du monde, et la manière dont on s’oriente dans l’immensité des sables.
 
 
L'artisanat touareg traditionnel est un art très répandu en Afrique. Les touaregs étant des nomades voyageurs du désert que l'on retrouve de la Mauritanie au Maroc. Les finitions nigériennes sont notamment très réputées dans la sous-régions.
Retrouvez également l'artisanat sénégalais notamment avec nos bijoux en ébène et pochette en bogolan.
 
Rdv dans la section conseils de notre blog pour savoir comment entretenir et nettoyer vos bijoux artisanaux touaregs en Argent et Bronze.
 
Propos recueillis avec curiosité par notre Thérèse nationale <3

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés