Certifications et Labels : stoppons la langue de bois

 


Le green rapporte gros, et parfois à ses dépends. Les marques fleurissent qui arborent une étiquette verte, ou des logos de certifications qui veulent vous prouver que vous achetez un produit moins nocif pour l’environnement ou meilleur pour l’avenir de l’humanité. Vous le savez déjà sûrement, acheter un produit avec une certification ou un label n’est pas automatiquement le signe qu’il est parfait. C’est surtout le signe d’une amélioration du produit sur vis-à-vis des exigences des réglementations environnementales.


Un cahier des charges qui n’est pas partout pareil 


Le problème, c’est le cahier des charges qui varie selon la rigueur du label. Certaines certifications européennes, par exemple, sont volontairement vagues et peu difficiles à obtenir. En effet, le but est d’encourager les marques à aller vers du plus environnemental, du plus “vert”. Au contraire, d’autres certifications vont demander un effort humain et financier important, et un suivi qualité sur le long terme de la part de l’entreprise, qui va permettre de garantir au client la qualité du produit qu’il achète. 


C’est donc deux poids, deux mesures, un monde où l’on peut rencontrer de tout. De la simple couleur verte qui ne veut rien dire mais “fait bien” sur l’emballage, aux multi-labels et audits de qualités, c’est au cas par cas qu’il faut raisonner.


La différence entre label et certification 


On semble voir fleurir dans nos rayons de nouveaux logos d’engagement environnemental tous les jours. Il y en a pour tous les produits, du désinfectant aux cuirs de chaussures. Comment bien les distinguer ? Le premier geste est de regarder la composition sur l’étiquette, c’est le premier indicateur de ce que contient réellement le produit. Il faut ensuite analyser le discours et la transparence de la marque quand à ses actions humanitaires ou environnementales. Une marque qui assume qu’elle n’est pas flawless  sera bien mieux qu’une autre qui dira avoir révolutionné la planète avec un produit super-naturel.

 

Enfin, il faut bien faire la distinction entre label et certification. Un label est une nomenclature qui dépend de normes plus vagues, il est moins difficile à obtenir qu’une certification, et permet surtout d’ouvrir les marques vers un marché plus green, de sensibiliser les populations à l’environnement ou à la responsabilité sociale. Une certification, quant à elle, suit un cahier des charges très précis, correspondant à des normes européennes édictées en amont par des experts. Les organismes de standardisation, comme l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO) à l’International ou la Deutsche Institut für Normung (DIN) en Allemagne, garantissent une entente internationale sur ce que l’on désigne comme être la certification. Voici quelques exemples de certifications et des labels . 


Les deux labels les plus répandus pour le textile 


Le label Oeko-Tex signifie que le textile est durable, très fonctionnel et ne présente pas de risque pour la santé. Les fibres utilisées sont respectueuses de l’environnement, les produits de synthèse limités. Parmi les nombreuses exigences de ce label, on compte le bannissement des colorants dangereux et des pesticides pour le stockage

 

oeko tex label certification green

 

Le Global Organic Textil Standard ou GOTS a été créé il y a onze ans. Il concerne le coton, la laine, le chanvre et la soie. L’obtention de la Certification permet de garantir que les fibres utilisées sont biologiques, et cultivées dans le respect de l’homme et de la planète. Les vêtements certifiés GOTS ne sont pas issues d’OGM, les produits dangereux pour la santé et l’environnement sont très limités ou interdits, et au moins 70% des fibres utilisées sont d’origine naturelle et produits selon les critères de l’Agriculture Biologique. 


C’est donc une garantie sur le sourçage des produits que vous aurez avec de tels labels. Le média TheGoodGoods a fait un lexique détaillé des labels, que je vous conseille si vous voulez un excellent aperçu de l’état des lieux. 


 


Ce qu’il y a vraiment derrière une certification


Derrière une certification, on a donc en plus d’une garantie de qualité, et une garantie d’ouverture de la marque à la mouvance environnementale. Mais il ne faut pas non plus se faire d’illusion : un vêtement, même multi labellisé, est encore loin d’être parfait. Mais leur achat encourage les marques a avoir une production plus responsable. Une certification vous guide vers un produit plus respectueux, mieux recherché. Ses composants doivent être clairement listés, ses lieux de fabrication et production sourcés.

Un produit certifié, c’est d’abord une information claire et transparente sur ce que vous achetez. Un label est censé encourager les vraies bonnes mesures qui se prennent sur le marché de la mode. Or, sur le marché de la mode comme dans tous les marchés, il est des labels qui sont uniquement ajoutés pour augmenter les ventes, sans construction durable et sans recherches. C’est donc en dernière instance au consommateur de faire le choix d’être plus conscient de sa consommation. 



Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés