Mon panier

Fermer

Afropolitain, Afro-Urbain, la Mode Africaine Urbaine

Écrit par Thérèse de Gourcuff

• 

Posté le 15 avril 2019


L’Afrique inspire, l’Afrique construit, l’Afrique créé la mode de demain. On appelle Afropolitain ce qui est cosmopolite et africain, qui apporte aux métropoles européennes la richesse des racines de la diaspora d’Afrique. L’identité métissée, une vision globale et un attachement profond à la culture africaine, fait de la culture afropolitaine une culture moderne et consciente de ses racines. On pourrait également nommer cette culture afro-européenne, si l’on veut s’en tenir à la diaspora qui a vécu ou grandi en France et en Europe. On parle enfin de culture afro-urbaine, et d’autres terminologies encore qui varient selon les lieux et les moods. Voici trois aspects de la culture afropolitaine qui nous inspirent chez Maibujé, et que nous voulons vous transmettre. 
 

africain, afropolitain, mode, slow fashion, ethnic fashion, mode afro, mode africaine, maibujé


Afropolitain c'est le Voyage : évasion et mouvement


La culture Afropolitaine est une culture du voyage, du déplacement permanent vers de nouvelles cultures et de nouveaux horizons. La culture Afropolitaine, c’est grandir au pays et faire ses études en France, ou grandir à Paris et revenir travailler dans la ville de ses parents. La culture Afropolitaine, c’est s’inspirer de ce mouvement permanent, à travers les saisons et les fuseaux horaires. C’est apporter toujours, dans son sac ou dans sa valise, un plat, un produit ou un vêtement. C’est revenir avec un peu de soleil dans les cheveux d’une longue saison à Dakar ou à Kinshasa. C’est prendre au dernier moment un vol pour Marrakech, et voir ses amis d’enfance se marier sur la plage. C’est naître au Liban, grandir au Togo et travailler à Montréal. C’est mixer la cuisine éthiopienne et la street food berlinoise.

afro urbain maibujé fashion afropolitain

Afropolitain, c'est des racines culturelles familiales 

 

La famille, en Afrique, c’est très important. La famille, ça veut dire les origines culturelles, les lieux où on a grandi, les langues dans lesquelles on a baigné. Parfois papa parle lingala, maman est peul, et la grand mère haoussa. Parfois on a une religion, parfois deux, parfois un peu de tout. On a grandi dans la cité, dans un appartement en ville ou dans un lieu paumé. La famille, ça veut dire les frères, les soeurs, les oncles, les tantes, les cousins, les cousines, et tout ce beau monde qui se marie, qui s'aide, qui veut changer demain, qui part et qui revient. 

afrique homme fashion mode maibujé

Afro-urbain, c'est le multilinguisme, source de poésie et de créativité


L’Afrique est un pays de bilingues. Voire de trilingues, ou de polyglottes. On grandit en peul ou en bambara, on apprend en français, on travaille en anglais. Dans les conversations, on ajoute à la langue maternelle des incursions de la langue du colon. On met quelques mots de dialecte au milieu de la phrase, on téléphone un peu dans toutes les langues, et de ce cocktail naît une poésie. On se rappelle des histoires des anciens au coin du feu, et de ces légendes naissent nos rêves d'adultes. A l’oral, une intonation peut changer la signification d’une phrase. Deux mots placés côte à côte forment un nouveau concept. On fait de la magie avec les mots, et nos yeux redécouvrent le monde à travers le langage. C’est ça, la culture afropolitaine : c’est parler, parler pour refaire le monde, parler pour donner une vie aux choses, un pouvoir aux mots, une magie au langage.
mode afrique sapeurs maibujé afropolitain blog
Afropolitain chez Maibujé, c’est le style de l’Afrique qui s’exporte et s’adapte à nos cultures urbaines. Les valeurs afropolitaines font partie du message que nous voulons transmettre : dialogue interculturel, découverte de l’autre, mélange des genres, fraîcheur et transformation des savoir-faire locaux.

 

Une figure Afropolitaine : Laetitia Kandolo, créatrice de la marche Uchawi. 

Laetitia est jeune franco-congolaise, elle a travaillé en tant que styliste pour les plus grandes stars planétaires, et elle travaille six mois en France et six mois en RDC. C'est une femme active qui a construit son empire à partir de ses inspirations d'Afrique et souvenirs de famille. Depuis Kinshasa où elle passe la saison, elle nous a livré une interview sur elle lors de notre première collab. 

 

... et retrouvez toujours : 

 

View this post on Instagram

En 2014 j’ai fais le choix d’aller à la rencontre de celle que l’on appelle #Afrique mais qui reste clairement encore inconnue pour beaucoup. Mon choix était purement personnel, l’envie de comprendre, de connaitre et surtout de combler un vide en moi. Ça fait Quasi 6ans que je suis entre Paris et Kin ou plutôt Kin et Paris 😂 Je vous l’ai souvent dit mais être noir et vivre dans un pays où tu retrouvera tes semblables est clairement different. Je ne me suis jamais dit que j’y allait pour y vivre ou quitter #Paris. Je voulais juste y aller et gouter, remettre des images sur des sonorités, des odeurs que j’avais connu étant toute petite, des visages sur des noms. L’an dernier j’ai passé uniquement Janvier, Avril-Mai, Oct-Nov, 2jours en Dec à Paris…Autant vous dire que l’on m’a encore posé la question today « Tu vis où ? » je ne sais toujours pas y répondre (mais je vous tiens au jus car ma tentative de stabilisation a echoué) Mais ce que je peux vous dire officiellement c’est que ma fracture avec Paris et/ou le monde occidental vient de s’officialiser mdr, oui seulement maintenant nous avons finalement divorcé ! Pourquoi maintenant ? je vois deja vos têtes « genre elle savait pas !! » car je me rend compte en sortant de Kin que je suis aussi tout aussi bien que la bas je me promène deja un peu seule… Je ne suis pas encore un GPS, mais l’Afrique a un point commun peu importe là où tu te retrouves il y a un coté « Humain » qui ne s’explique pas mais qui se vit. Je vois deja de nouvelles destinations lol…Du coup on me dit « mais t’es comme un poisson dans l’eau, t’es jamais venue ? ». C’est simplement car que je monte ou que je descende, to mata to kita « au nord et au sud du Sahara » - #Lumumba, je suis toujours chez ma mère, dont les bras restent chaleureusement ouverts, Afrique.

A post shared by Laëtitia KANDOLO (@titiakandolo) on

 

Commentaires

0 Commentaires

Laisser un Commentaire