NOS MATIÈRES NATURELLES

matière naturelle tissu coton organique maibujé


Chez Maibujé, nous aimons met en valeur la richesse des matières naturelles : coton organique, cuir de vache et de mouton du niger, pierre non synthétique, turquoise, teinture à l’indigo… Les matières naturelles de l’Afrique ont été travaillées depuis des millénaires selon des techniques ancestrales, pour donner des tissus et cuirs d’exceptions. Nous voulons mettre en valeur ce savoir-faire en vous faisant un tour des matières nobles qui constituent nos produits maibujé : coton 100%, wax 100% coton comme tissus pagne africain ou le bazin, cuirs comme le daim, le velours de cuir, cuir de vachette, cuir de mouton, cuir de veau, cuir gras, cuir vieilli, cuir imprimé, peau lainée ou retournée, coton mélangé, coton organique, pierre organique, laine, soie, ébène, pierre de rocaille.


Le Coton 100% Organique

Le coton organique ou coton bio obéit à une réglementation précise de culture et de traitement. Il permet de réduire l’impact des déchets sur l’environnement, et on obtient des vêtements moins agressifs pour les peaux sensibles. Le coton organique est sans OGM, et traité sans pesticides chimiques, ce qui donne une matière agréable au toucher et non allergisante. Les vêtements sont donc 100% naturels, beaucoup plus respectueux de la peau et de l’environnement. Ils sont cultivés avec une faible quantité d’engrais chimiques, ainsi qu’avec moins d’eau et moins d’énergie, sur des sols moins pollués. Ces vêtements se lavent en machine à faible température (froid, 30°C ou maximum 40°C) et se sèchent à l’air libre.

 

Le Wax Africain

 

Le wax ou tissu africain est un tissu en coton dont les deux côtés sont recouvertes d’un traitement à base de cire. Cette technique est issue de l’île de java, où le tissu local, le batik, est imprimé avec des motifs colorées et recouvert d’un cirage spécial. Les cires  lui permet d’être résistant à l’eau, et de protéger la beauté des imprimés. Ce tissu est à l’origine un produit anglais ou hollandais importé de l’Indonésie, où il était fabriqué puis exporté sur le continent européen. Puis, par par la voie des échanges maritimes à partir du 17ème siècle, et par la nécessité des contraintes de rentabilité de production, il a été implémenté et largement adopté par toute une partie du continent africain. En Afrique, de nouveaux motifs inspirés des cultures locales ont été créés et développés, devenant un ingrédient phare de la mode africaine.

 

Le Cuir et la Maroquinerie 

Nos accessoires sont composés de cuirs issus de l’exploitation locale, tannés avec un minimum d’impact sur l’environnement, et travaillés selon des savoir-faire locaux. Le savoir-faire de la damasquinerie et le travail du cuir sont, au Maroc et au Niger, des artisanats ancestraux et des techniques à travailler. Nos cuirs sont : le daim, le velours de cuir, le cuir de vachette, le cuir de mouton, le cuir de veau, le cuir gras, le cuir vieilli, le cuir imprimé, la peau retournée. Tous nos cuirs suivent un traitement et un travail traditionnel en accord avec notre volonté de mise en valeur de l’artisanat local d’Afrique. 

 

 
 
 

 

La Teinture Traditionnelle à l’Indigo

L’indigo est un pigment utilisé depuis l’antiquité pour la teinture bleue des textile. Issue de l’indigotier Philenoptera cyanescens ou gara, elle donne une couleur bleue violacée extrêmement vive qui orne les coiffe des tribus touaregs ou les vêtements traditionnels. C’est l’un des pigments les plus utilisés en Afrique de l’OUest, et son traitement suit un processus bien précis. En effet, les feuilles de l’indigotier sont plongées et fermentées dans un mélange de cendre et de miel, dattes ou mélasse pour l’alcaliniser. On chauffe ensuite le mélange à moins de 50°C : le traitement prend plusieurs semaines. La tribu Dogon du Mali utilise les textiles teints à l’indigo dans leur tenue traditionnelle, souvent avec des motifs dont les techniques d’obtention changent d’une région à l’autre. 

Les Pierres Naturelles 

Les pierres naturelles, majoritairement présentes dans nos bijoux touareg, ont une grande signification historique pour les régions du Sahel et du Sahara. En effet, les pierres naturelles utilisées pour la confection des bijoux touareg, proviennent de la longue tradition du commerce des nomades du désert. Les pierres étaient utilisées comme monnaie d’échange entre nomades et sédentaires dans les marchés des grandes villes, et témoignent de la grande importance du commerce dans ces régions depuis l’antiquité. Les pierres utilisées sont des turquoises, calcédoine, corindon, agate, onyx, cornaline, lapis-lazuli, malachite, aventurine, labradorite et malachite.


L’Argent et le Bronze Touareg

Les femmes touareg ne portent jamais d’or, par superstition. C’est pourquoi les bijoux touareg sont majoritairement composés d’argent ou de bronze forgé et martelé pour former les motifs traditionnels. La technique d’obtention des bijoux est la cire perdue. On commence par façonner la forme du bijou en cire dure en taillant avec un couteau et marteau et burin. Puis on moule le modèle avec un mélange spécial, composé de crottin d’animaux et d’argile. Le moule dispose d’une ouverture au sommet, pour pouvoir y verser le métal. Une fois que l’argile a séché, on verse l’argent récupéré et fondu dans le trou ; la cire fond et l’argent prend la forme du moule. Une fois que le métal a fondu, on casse la croûte d’argile, puis on nettoie l’argent en le plaçant dans un bain chaud et salé. On polit ensuite le bijou touareg, puis on le taille à l’aide de poinçons, limes et burins. Tous nos bijoux touareg sont issus de la Coopérative Tégazar au Niger, une coopérative familiale qui perpétue le savoir-faire touareg depuis des générations.

 

Le Bogolan

Le Bogolan est un textile provenant de l’Afrique de l’Ouest, originellement issu du Mali mais dont la technique s’est répandue au Burkina Faso, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Bogolan est un mot bambara signifiant “issu de la terre’, et désigne une teinture spéciale et un type de tissu. Dans les années 1980, des centres de production de bogolan sont apparus au Mali à Ségou ou à San. Ensuite, des créateurs comme Seydou Doumbia ont fait connaître le tissu à travers le monde. Le bogolan est une toile en coton épaisse, cousue en bandes d’une quinzaine de centimètres maximum. La toile est teinte par trempage dans des feuilles de n’galama, le bouleau d’Afrique. Puis le tissu est séché à plat au soleil, et les motifs dessinés avec du bogo, de la boue fermentée. Les parties rouges sont obtenues avec une décoction de l’écorce du mpécou, qui vire du brun au kaki en fonction du temps de pose. Les dessins du bogolan représentent les symboles identitaires d’un village ou d’une région, et les inspirations de l’artiste. Les tuniques des hommes et les pagnes des femmes fabriqués en bogolan sont des habits empreints de l’énergie vitale de la terre.


Le Bazin

Le Bazin est fait avec du coton blanc, et une technique de teinture artisanale formant des motifs traditionnels bariolés. Des broderies ou surpiqûres viennent agrémenter le tout, et on en fait généralement des vêtements et surtout du linge de maison lorsqu’il est damassé.

L’Ébène


L’ébène désigne le bois présent au coeur de certaines variétés d’arbres du genre Diospyros, de la famille des Ebenaceae qui poussent dans des régions tropicale. Depuis l’Egypte ancienne, le bois d’ébène est réputé pour sa couleure presque noire, très sombre, et sa haute densité. Il est utilisé pour la sculpture, la fabrication des instruments de musique, les jeux en bois, meubles et petits instruments.

Les Cuirs de Serpents


Les peaux de serpent, comme le python, l’ayers ou le karung, donne des produits de maroquinerie fine d’une grande finesse de détail. Les peaux donnent un rendu délicat, dont la qualité est reconnaissable au léger décollement de l’écaille sur une partie, ce qui donne au cuir un relief emblématique. Les cuirs de serpents sont chassés localement au Niger, où ils sont des espèces invasives et donc offensives pour la population. Leur exploitation contribue à la régulation des espèces dans la région.

                        

abouna bijoutier touareg coopérative tegazar

Abouna, notre bijoutier traditionnel touareg de la Coopérative Tégazar

Pour savoir comment prendre soin de vos produits Maibujé, n'hésitez pas à vous reporter à notre série d'articles dédiés #careforwear dans la section blog. 

 


Our services

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Plus d'informations.